Vos Questions Répondues




31. Peut-on avoir une réponse plus complète à la question 29 ? Une définition du christianisme et sa dissemblance des autres religions?

 

Plusieurs religions enseignent la pratique de la charité et des bonnes œuvres envers le prochain. Mais le christianisme dit qu’une bonne vie et pratiquer de bonnes œuvres ne sauve pas l’âme. ( Épître de Tite chapitre 3 : verset 5) Il est malheureux que certaines institutions, dites chrétiennes, aient fait la même erreur que les religions Islamique et Hindouisme. Les islamistes, hindouistes et bouddhistes croient au salut par le moyen d’une bonne vie, car il n’y a aucun sauveur dans leur religion. Les disciples de Mohammed et de Bouddha croient que Jésus était un grand prophète et un grand homme de Dieu, mais Il n’est pas sauveur.

 

La doctrine chrétienne prêche que Jésus-Christ est venu du ciel pour sauver ses créatures. (Évangile de Luc chapitre 19 : verset 10) Si nous croyons à la venue du Sauveur, pourquoi croyons-nous et agissons-nous comme les religions orientales, qui n’ont aucun sauveur? Le Seigneur Jésus a certainement enseigné la pratique du bien, mais non pour le salut. Car Il est venu LUI-MÊME sauver les pécheurs.

 

Le christianisme enseigne que Dieu est venu en chair. Il est venu pour payer le péché par sa mort. (Épître aux Romains chapitre 6 : verset 23, Première Épître de Pierre chapitre 2 : verset 24) Comme Dieu, il ne pouvait mourir, Il est donc devenu homme. Il a pris sur lui les péchés du monde, son sacrifice fut infini. Pour faire ainsi il faut qu’il soit Dieu, et en même temps qu’il soit homme. Paul a compris ce fait et a écrit : « Grand est le mystère de la piété, Dieu a été manifesté en chair…» (Première Épître de Timothée chapitre 3 : verset 16) Ainsi donc: « Il y a un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ Homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.» (Première Épître de Timothée chapitre 2 : versets 5-6) Celui qui est Dieu a pu accomplir cette grande œuvre de rédemption en payant pour les péchés des personnes qui n’étaient pas encore nées dans ce monde, comme vous et moi. Celui qui est homme a pu mourir et être séparé de Dieu, et subir la punition que le pécheur méritait. Jésus est le seul chemin, (Évangile de Jean chapitre 14 : verset 6) et le seul médiateur pour nous amener à Dieu.

 

L’enseignement chrétien biblique dit que les bonnes œuvres sont le RÉSULTAT du salut et non le moyen pour obtenir le salut. On reconnaît la vie d’un arbre quand on voit les fruits sur l’arbre. Les fruits (œuvres chrétiennes) démontrent la vie de Christ qui est dans la personne sauvée. Cette vie commence à la nouvelle naissance, ou quand le pécheur croit au Sauveur. (Première Épître de Pierre chapitre 1 : versets 23-25) Les bonnes œuvres dans la vie chrétienne sont aussi un témoignage. Le non converti qui voit la nouvelle et bonne conduite du converti va être incité à venir, lui aussi, au Sauveur. (Première Épître de Pierre chapitre 2 : verset 12)

 

32. Quelle est la définition du terme Église?

 

Un travail divin est en cours aujourd'hui dans notre monde. Dieu appelle un peuple pour porter Son nom. (Actes des Apôtres chapitre 15: verset 14) Cette nouvelle création (Deuxième Épître aux Corinthiens chapitre 5: verset 17) peuplera le ciel et régnera avec Son Fils sur la terre. Ce travail divin a commencé 10 jours après que notre Seigneur est monté au ciel (Actes des Apôtres chapitre 2) et conclura quand Il reviendra. (Première Épître aux Thessaloniciens chapitre 4) Cette œuvre est appelée Son corps. (Épître aux Éphésiens chapitre 4 : verset 4) dont Christ est la tête. (Épître aux Éphésiens chapitre 5: verset 23 et l'Épître aux Colossiens chapitre 1: verset l8) Et tous les convertis sont membres. Aussi appelé un mystère. (Épître aux Éphésiens chapitre 5: verset 32, Apocalypse chapitre 1: verset 20) et Son épouse. (Évangile de Jean chapitre 3: verset 29, Apocalypse chapitre 21: versets 2-9, chapitre 22: verset 17) Ce travail céleste est aussi appelé l'Église: «…sur ce roc Je construirai mon Église. » (Évangile de Matthieu chapitre 16: verset 18)

 

L'église locale ou l'assemblée chrétienne est une manifestation visible de ce travail universel de Dieu. Il existe une différence entre l'Évangile de Matthieu chapitre 16: verset 18 et chapitre 18: versets 15-20. Entre l’aspect universel de l’église et l’aspect local. Les Apôtres ont comprit ce « double » enseignement de l'église. Le Seigneur a enseigné 2 aspects de son royaume, le royaume qui existe maintenant sur la terre à cause des croyants, (Évangile de Matthieu chapitre 13) et le royaume physique à venir. (Évangile de Matthieu chapitre 6 : verset 10) et aussi 2 aspects du monde. (Évangile de Matthieu chapitre 24: versets 3-14) Le Seigneur a aussi enseigné 2 aspects à propos de Lui-même. Il est le Fils éternel de Dieu. (Évangile de Jean chapitre 1: versets 1-14) Il est devenu, et Il est le Fils de l'homme. (Évangile de Marc chapitre 13: verset 32, Première Épître à Timothée chapitre 2: verset 5)

 

Chaque croyant est dans l’église, ou dans la famille de Dieu. Au jour de notre salut nous sommes devenus membres du corps de Christ, notre race, nationalité, culture, langue ou même notre dénomination religieuse ne change pas cette réalité. Mais pour plusieurs raisons beaucoup de chrétiens ne sont pas dans une église locale. Ils sont peut-être isolés et ne peuvent assister ou faire partie d'une assemblée, d’autres sont dans des prisons et y seront pour plusieurs années. Ils ont été sauvés après leur infraction et par conséquent doivent payer pour leur crime.

 

Mais il y a beaucoup de croyants qui ont le choix et le privilège de faire partie d'une église locale. Mais où est la bonne église aujourd'hui? Comment choisir parmi le grand nombre de groupes ou églises évangéliques? Est-ce que le nom du groupe a de l’importance? Être parmi d’autres croyants n’est-il pas suffisant? Est-ce que Dieu a un plan spécifique ou un modèle exacte pour une église locale?

 

À l’époque de l’église primitive le nouveau croyant était présenté à l'église locale par le même chrétien qui lui présentait l’évangile. Les divers groupes qui se rencontrent sous divers noms, étaient inconnus, c'était merveilleusement simple. Aujourd'hui, beaucoup de groupes professent avoir la vérité. Ces nombreuses ‘églises’ ont apporté beaucoup de confusion, et le nouveau converti amené dans ce chaos, peut bien être mêlé et confus.

 

Le mot grec pour Église est « eklklesia », qui veut dire; « des personnes appelées à sortir ». Une église est un groupe de croyants sortis ou séparés et qui sont assemblés autour du Seigneur Jésus Christ. Le mot église n'est jamais utilisé pour décrire un bâtiment ou une dénomination religieuse.

 

33. Le nom utilisé par un groupe de chrétiens est-il vraiment important?

 

Le nom du Seigneur signifie surtout l’autorité du Seigneur. C'est-à-dire que nous avons la parole du Seigneur pour appui. Comme nous avons la parole pour appui en ce qui concerne notre salut, nous avons Sa parole comme autorité pour nos pratiques de rassemblement.

 

Les passages suivant sont associés avec l’autorité du Seigneur;

 

 

Ils prêchaient au nom de Jésus-Christ (Actes des apôtres chapitre 4 : versets 18,19);

 

Ils faisaient des miracles en Son Nom (Actes des apôtres chapitre 3 : verset 6);

 

Ils défiaient l'opposition en Son Nom (Actes des apôtres chapitre 4: versets 18-20);

 

Ils souffraient joyeusement pour Son Nom (Actes des apôtres chapitre 5 : verset 41);

 

Ils baptisaient en Son Nom (Actes des apôtres chapitre 10 : verset 48);

 

Et Ils s’assemblaient en Son Nom (Évangile de Matthieu chapitre 18 : verset 20).

 

Le mot dénomination veut dire renoncer le premier nom. Donc prendre un deuxième nom dénonce ou dévalue le premier nom, qui est le nom du Seigneur. Certes, la majorité est ignorante de ce fait. Ils sont encore dans « le train de ce monde » (Épître aux Éphésiens chapitre 2 : verset 3) Ils ont ni compris ni répondu à l’appel de Dieu dans le salut. Nous étions autrefois de ce nombre, vivant dans la routine de nos péchés, cette ancienne vie qui alors était concentrée sur soi, et non sur Dieu. Mais quand l’évangile fut entendu, quand notre repentance et sa grâce fut saisi, Il nous a sauvé, le Saint Esprit nous a illuminé et par une simple foi en Christ, par la foi en Sa parole, nous avons reçu la certitude de notre salut.

 

Le nom du Seigneur signifie aussi la Personne du Seigneur. Les premiers disciples se réunissaient autour du Seigneur Lui-même. Ils avaient entendu l'appel, non seulement au salut mais aussi au Seigneur. Sa personne était le centre de leur rassemblement. Après Son ascension, cette même ferveur et amour continus, car Jésus a dit; « Je suis avec vous jusqu’à la fin du monde » (ou la fin de cette période de grâce) (Évangile de Matthieu chapitre 28 : verset 20) Aussi Il a dit à ses disciples; « là où 2 ou 3 sont assemblés en mon nom Je suis là au milieu d’eux. » (Évangile de Matthieu chapitre 18 : verset 20) Toutes églises véritables aujourd'hui sont des groupes de croyants qui ont cette même conviction. Ils se réunissent à Sa Personne et en Son autorité.

 

La vérité du nom et de la maison de Dieu a commencé avec Abraham. Ce fut à Béthel, (Genèse chapitre 13) que la maison de Dieu, l’autel et le nom de Dieu furent liés ensembles. Le premier livre de la Bible donc souligne l’importance du nom de Dieu. Moise a été révélé le nom de Dieu dans Exode 3. Dieu lui a dit que Son nom serait déclaré dans le monde entier. (Exode chapitre 9: verset 16) Moise a construit un autel, qu'il a appelé du nom Jehovah-Nissi qui veut dire Jéhovah est ma bannière. (Exode chapitre 17: verset 15) Moise a été ainsi convaincu de cette vérité de l'honneur du nom de Dieu, et il a écrit: « …Il aura un lieu où le Seigneur votre Dieu choisira pour placer son nom…» (Deutéronome chapitre 12: verset 11) 21 fois dans le livre de Deutéronome, nous trouvons cette même parole.

 

Le Seigneur Jésus a enseigné l’importance du nom de Dieu. « Notre Père qui êtes aux cieux…. que ton nom soit sanctifié» (Évangile de Matthieu chapitre 6: verset 9) Il a prié; Glorifie ton nom, alors est venu une voix de ciel disant, « Je l’ai glorifié, et Je le glorifierai encore.» (Évangile de Jean chapitre 12: verset 28) Encore Jésus a dit; « J'ai manifesté ton nom aux hommes que tu m’as donné du monde.» (Évangile de Jean chapitre 17: verset 6) «J’ai déclaré ton nom, et je le déclarerais” (Évangile de Jean chapitre 17: verset 26)

 

Le nom du Seigneur Jésus-Christ.

 

Pour les apôtres le nom de Jésus avaient la même autorité que le nom de Jéhovah. « En Son nom » ou « En Mon nom » est écrit plus de 100 fois dans le Nouveau Testament. C'est dans le nom du Seigneur Jésus que le pécheur est pardonné et sauvé, c'est normal et logique qu'il soit réuni en Son nom. Chaque église du Nouveau Testament est composée de croyants qui sont sauvés par le Seigneur et unis au Seigneur.

 

On trouve dans le Nouveau Testament les noms; chrétiens, croyants, frères, saints etc. Ces noms sont tous scripturaires, mais même prendre un de ces noms comme étiquette officielle à l'exception des autres noms bibliques démontre une division dans l'église aux yeux du monde. Les païens nous accusent, et avec raison, de discorde et de secte. Satan a divisé les chrétiens dans plusieurs petits groupes sous diverses étiquettes religieuses. Cela nous rend ridicule aux yeux des païens, et diminue notre puissance dans la communication de l'évangile.

 

Il est vrai que parfois le nom donné à un groupe n’est pas nécessairement le choix du groupe. Les croyants dans les Actes des apôtres chapitre 11 ont peut être reçu le nom de chrétiens par mépris ou par des gens qui voulaient les classer comme une secte autre que les Juifs de l’époque. Les croyants étaient chrétiens malgré leur choix. Mais plus tard l’apôtre Pierre a accepté ce non comme venant de Dieu et a écrit dans son épître « Si quelqu'un souffre comme chrétien… » (Première Épître de Pierre chapitre 4 : verset 16) Nous avons donc l’autorité apostolique pour prendre ce Nom. Donc, tout lieu de rassemblement doit avoir « Chrétiens réunis au nom du Seigneur Jésus Christ, «Évangile de Matthieu chapitre 18 : verset 20 » écrie à l’entrée de leur salle ou de leur local.

 

34. Qu’est-ce que la Bible dit sur le leadership de l’église, sur les anciens, ou les évêques?

 

Dans chaque famille, il doit y avoir une direction, cela se voit pas moins dans l'église de Dieu. (Première Épître de Jean chapitre 2 versets 13,14) Les premiers missionnaires ont appointé ceux qui étaient qualifiés pour diriger les premières églises. (Actes des Apôtres chapitre 14 : versets 21,23) Ces dirigeants étaient appelés anciens ou évêques, (qui veux dire surveillants) (Actes des Apôtres chapitre 20 : verset 28). Ces dirigeants avaient une lourde responsabilité. Un jour, ils devront rendre compte du travail qui leur a été confié. (Épître aux Hébreux chapitre 13 : verset 17) Au temps des Apôtres il y avait ni fédération d'églises, ni surintendant d'une région. La direction de l’église fut confiée à des hommes spirituels de l'endroit, qui étaient le plus en mesure de prendre les décisions concernant les chrétiens, qui étaient connus personnellement des évêques.

 

Aujourd’hui encore la direction spirituelle des croyants est confiée à de tels hommes de Dieu. (Deuxième Épître de Timothée chapitre 3 : versets 16,17) Dans chaque église locale il y a une pluralité d'évêques. Ce nombre ou pluralité d'hommes est appelé un presbytère. (Première Épître à Timothée chapitre 4: verset 14) et ce qui est décidé par ces hommes est lié dans le ciel, selon l'Évangile de Matthieu chapitre 18 : verset 18.

 

Un évêque comme administrateur de plusieurs églises n’est pas biblique. Une fédération d'églises avec un comité en charge est aussi la conception des hommes. Le Nouveau Testament enseigne que les évêques, anciens, ou bergers sont des hommes purs en doctrine, moralement purs et sans reproche. Tous ceux qui sont mariés dirigent bien leur propre maison. (Épître à Tite chapitre 1: versets 5-9, Première Épître à Timothée chapitre 3: verset 1-7) Leur désir est de protéger l a réputation et le témoignage de l'église. Ils sont sages envers la réception dans l'assemblée. Un loup (Actes des apôtres chapitre 20: verset 29) peut faire beaucoup de dommage si reçu dans le troupeau. Ces hommes sont responsables à Dieu pour les croyants, (Actes des apôtres chapitre 20: verset 28, Épître aux Hébreux chapitre 13: verset 17) et sont reconnus pour leur désir de garder les brebis en bonne santé, et s’intéressent aussi aux brebis qui sont blessées.

 

Ces hommes reconnaissent que le fonctionnement des réunions de l'église est motivé par le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit inspire les prières. (Épître aux Romains chapitre 8: versets 26- 27) Il agit par et dans la participation de divers frères. (Première Épître aux Corinthiens chapitre 14: versets 15-26) Il donne des capacités pour l'édification de l’église. (Première Épître aux Corinthiens chapitre 12 et l'Épître aux Romains chapitre 12) Il guide dans toute la vérité. (Évangile de Jean chapitre 16: verset 13) Enseigner le peuple de Dieu est le travail du Saint-Esprit, Il va utiliser des frères qui ont médité une parole ou un sujet, qui peut-être est un frère de l’église ou un frère en visite. Le Saint-Esprit a donné à chaque église des bergers qui peuvent aussi enseigner le troupeau. (Actes des apôtres chapitre 20: verset 28, Première Épître de Pierre chapitre 5: verset 3) Les Apôtres avaient confiance dans ces bergers. Ils ont compris que le Seigneur avait sauvé ces hommes dans le but de les utiliser dans l’église de la localité. Et que le manque de tels hommes était une indication claire à Paul, et à chaque autre évangéliste que le temps de commencer une nouvelle église doit attendre. Comme un travail défini est fait dans l'âme avant le salut, il y a aussi un travail divin fait dans une région avant qu’une église soit plantée. Et ce travail du Saint-Esprit est le salut d'hommes qui seront compétents pour diriger le troupeau. Ce fait rend une église de Dieu unique et différente des œuvres des hommes.

 

Ces églises sont inscrites dans aucune liste d’organisation religieuse, mais chacune est connue de notre Seigneur Jésus. Elles sont totalement indépendantes l’une de l'autre, (Apocalypse chapitre 1: verset 20) et ne sont pas liées comme une dénomination ou dans une fédération.

 

35. Quel rôle ont les anciens dans la vie privée des membres de l’église? La soumission aux anciens a-t-elle des limites?

 

Les chrétiens sont soumis aux anciens DANS LE SEIGNEUR. Les anciens ou évêques ne vont pas s’impliquer dans la vie privée, qui est non lié à l’enseignement des apôtres. Ils sont toujours prêts à écouter, discuter et donner des conseils, mais ils ne vont pas exiger. Et ils ne vont pas exiger une conduite qui est uniquement en accord avec leurs convictions personnelles. Si un leader de l’église ne veut jamais être contredit ou reprit, il doit céder ce ministère à d’autres frères, l’église n’est pas une dictature où des hommes exigent obéissance sans question.

 

À noter que les anciens aussi doivent se soumettre, car Pierre écrit à tous de se soumettre l’un à l’autre. (Première Épître de Pierre chapitre 5 : verset 5b)

 

Des bergers sages et humbles vont démontrer de la tolérance et de la grâce envers les chrétiens qui diffèrent de leurs pensées ou convictions. Ils s’efforcent de guider l’église par l’exhortation, et non dans la dureté. Première Épître de Pierre chapitre 5 : verset 5 ne donne pas ‘carte blanche’ aux conducteurs de l'église, car le même mot (soumettre) se trouve dans «l'Épître aux Éphésiens chapitre 5 : verset 22 et nous comprenons que la femme est soumise à son mari DANS LE SEIGNEUR. Il ne doit pas y avoir de soumission quand le contraire de la volonté de Dieu est exigé. Les bergers n’ordonnent pas aux brebis de se soumettre. Ils vont suggérer, donner l’exemple et prier. Il ne s’agit pas de prier pour que le croyant se soumette, la prière doit être pour que le Seigneur révèle Sa volonté, et que le Seigneur mette l’accord dans l’église. Si le Saint-Esprit a révélé aux anciens qu’une telle pratique est péché, Il peut aussi révéler ce fait au croyant en question. Et les bergers spirituels savent exercer l'humilité, et vont admettre que peut-être sur la conviction en question, ils ont fait erreur. Ils ont été blessés par le désaccord mais ils vont distinguer entre une conviction personnelle et une vérité écrite. Ils vont surtout s’efforcer de garder la brebis dans le troupeau plutôt que de forcer l’obéissance à leur conviction. Ils sont attristés si la brebis choisie de partir. Ils vont visiter ce chrétien dans le but de le ramener de nouveau dans l’église.

 

Nous n'encourageons certainement pas la rébellion au milieu de l’église mais quand une exhortation prêchée devient une ordonnance exigée, et que ce commandement est inconnu de l’enseignement des Apôtres ni d’aucune autre église, il est du devoir du chrétien de questionner ce commandement. Et si on demande à ce chrétien de quitter l’église, ou si on le met à une honte publique, il est du devoir des autres chrétiens de questionner les bergers. Et d’utiliser la Première Épître à Timothée chapitre 5: verset 20 pour imposer une discipline est torde la parole. Car la réprimande de la Première Épître à Timothée chapitre 5: verset 20 est pour un péché et non pour une conviction des conducteurs d’une église.

 

Les anciens qui sont sages ne sont pas bornés à leur interprétation. Si le passage ou principe biblique a été compris différemment par d’autres frères, bien connus et hautement estimés, et si on cause une division au sein de l’église, on a besoin de réviser notre compréhension du passage ou principe biblique en question. La pratique de la saine doctrine va nous pousser vers l'unité des chrétiens et vers les mêmes pensées dans lesquelles des frères et sœurs ont marché et compris avant nous. (Épître aux Hébreux chapitre 11)

 

En terminant cette question importante, je veux souligner que la grande majorité des bergers que nous connaissons sont des hommes pieux et sérieux. Ils doivent parfois faire des décisions qui ne sont pas supportés par une parole distincte du Nouveau Testament, ce qui n’est pas facile et ils ont besoin de nos prières.

 

À noter que 1a Première Épître aux Corinthiens chapitre 5: verset 5; chapitre 6: verset 9, Première Épître à Timothée chapitre 1: verset 20 et l'Évangile de Matthieu chapitre 18: versets 17-18 révèlent des péchés qui demandent l’excommunication de l’église, que nous allons considérer séparément de cette question.

 

36. Quel lien a le baptême avec l’église? Et que veut dire le mot baptême?

 

Deux ordonnances physiques ou littérales sont pratiquées par l'église; le baptême et le repas du Seigneur. Le baptême se fait une fois dans la vie, et toujours après le salut. Le repas du Seigneur est pratiqué chaque premier jour de la semaine et toujours après compréhension et discernement. (1 Corinthiens chapitre 11 verset 29)

 

Dans le Nouveau Testament le baptême n’est jamais pratiqué sur les petits enfants (Actes des apôtres chapitre 8 verset 12) ou sur des gens qui n’ont pas reçu Jésus comme Sauveur et Seigneur.

 

 

Le mot baptême veut dire plonger ou ensevelir. Donc, les apôtres n'ont pas pratiqué l’aspersion. Le Seigneur Jésus est entré complètement dans la mort et ressuscité. Donc, le croyant s’identifie avec le Seigneur en étant complètement enseveli (immergé) dans l’eau.

Il y a de nombreux baptêmes dans la Bible. La mort du Seigneur Jésus était un baptême. (Matthieu chapitre 20 verset 22) Le baptême du Saint-Esprit. (1 Corinthiens chapitre 12 verset 13) Le baptême de repentance par Jean-Baptiste. Le baptême de feu. (Matthieu chapitre 3 verset 11 et Luc chapitre 3 verset 16) Ce qui n’est pas la liste complète.  Mais un seul baptême est pratiqué aujourd'hui. (Éphésiens chapitre 4  verset 5) Il est ordonné par notre Seigneur dans les Évangiles, pratiqué par les disciples dans les Actes, et plus tard expliqué dans les Épîtres.

 

 

Une leçon imagée du baptême est enseignée par l'arche de Noé. (1 Pierre chapitre 3 verset 20) Pour Noé et sa famille ce fut la mort et l’enterrement de l’ancien monde, et une résurrection et identification avec un nouveau monde.

 

 

Israël qui a traversé la mer rouge est une autre leçon imagée. (1 Corinthiens chapitre 10 verset 2) Aujourd’hui le nouveau croyant est séparé du monde et de l’esclavage du péché, et il est passé dans une nouvelle et différente vie, comme les Israélites ont sortis de l’esclavage de l’Égypte et amenés en Canaan. Le croyant baptisé s’identifie  non seulement avec le Seigneur, mais il est séparé de « l'Égypte ». Donc, le baptême est un symbole d'identification avec notre Seigneur Jésus, et aussi un symbole de la séparation péché.

 

Chaque croyant qui a compris qu'il n'est plus sous l’esclavage du péché devrait être baptisé. Il doit démontrer à tous qu'il appartient maintenant à un nouveau Maître. Le péché, le vieux maître, a été mis dehors, il a peut-être laissé derrière lui ses vieilles notions, donc le croyant n'est pas parfait, mais le péché n'est plus au contrôle dans sa vie.

Il y a trois responsabilités associées au baptême. La responsabilité du croyant qui demande le baptême. (Actes chapitre 8 verset 36) La responsabilité de celui qui baptise. (Matthieu chapitre 28 verset 19) et la responsabilité des témoins. (Actes chapitre 10 verset 47)

 

Le salut-baptême vu dans le temps des apôtres est rarement pratiqué de nos jours. Dans les pays de persécution, comme c’était le cas dans le premier siècle, le baptême avait lieu peu de temps après la conversion. Mais pour nous aujourd'hui, nous devons être plus vigilants quant au baptême.

 

On ne force pas dans le baptême des gens qui ne sont pas, de toute évidence, convertis. On ne baptise pas des mineurs qui sont sauvés sans le consentement des parents, et l'église ne baptise pas pour avoir de nouveaux membres. La réception dans l'église se fait après avoir compris le concept de l'église et n’est pas associée au baptême.

 

Le baptême étiquettera le croyant. Le chrétien sera identifié comme un disciple de Christ. Le baptême le préservera ou le sauvera du péché. (1 Pierre chapitre 3 verset 21) Il doit écouter sa conscience et se souvenir de la position qu'il a prise lors de son baptême: il a professé la mort au péché et une nouvelle vie en Christ.

 

37. Quelle importance doit avoir le repas de Seigneur, ou la sainte cène dans la vie du croyant?

 

Le 11 novembre, jour du souvenir, est vu par plusieurs comme très important. Pour le chrétien le premier jour de la semaine est son jour de souvenir. (1 Corinthiens 11 verset 26) Nous croyons que le repas du Seigneur était pratiqué le premier jour de chaque semaine par les premiers chrétiens. (Actes chapitre 20 verset 7) Certainement que « persévéraient » (Actes chapitre 2 verset 42) souligne ce fait. Cela fût sans doute la raison principale de leur rassemblement. Une église scripturaire aujourd’hui va certainement être identifiée par l'importance donnée à ce commandement du Seigneur.

 

Le chrétien est en communion avec Dieu par une mort unique, la mort du Fils de Dieu. Le fait d'être réuni autour de la même table symbolise aussi notre communion l'un avec l'autre. Nous sommes d'accord dans notre dévotion, adoration, et amour pour le Seigneur. Le pain (un seul) est un symbole de la communion que nous avons dans le corps mystique de Christ. Nous sommes un avec tous les chrétiens, car il y a un seul corps. Cela condamne les divisions pratiquées parmi les dénominations des hommes.

 

Chaque église est marquée par l’espérance du retour du Seigneur Jésus-Christ. Les premiers chrétiens se considéraient comme des pèlerins en route vers le ciel, attendant le retour de leur Sauveur. (Philippiens chapitre 3 verset 20) C'était la  bienheureuse espérance  qui remplissait leur cœur et les faisait chanter. Donc l'apôtre écrit: « jusqu'à ce qu’Il vienne » (1 Corinthiens chapitre 11  verset 26) Avant sa mort Il a donné la promesse. « Je reviendrai »  Se rappelant de sa mort, Il ne se rappelait  pas d'une défaite mais d'une victoire, Il est ressuscité, Il va revenir. Cette conviction qui caractérisait les premiers temps de l'église doit caractériser l'église aujourd’hui. Nous connaissons plusieurs chrétiens qui pratiquent aujourd’hui le repas du Seigneur dans ce même sérieux et simplicité, en attendant Son prochain retour. La dernière prière de la Bible est prononcé avec cet ardent soupir: « Amen, viens, Seigneur Jésus »  (Apocalypse chapitre 22 verset 20) Il était aussi marqué par leur amour les uns envers les autres (Actes chapitre 2  versets 44,45) et leur amour pour tous ceux qui n'avaient pas encore reçu Jésus comme Christ et Sauveur.

 

Après plusieurs années de changement, tumulte et guerre, il n'est pas étonnant de voir encore la continuité du repas de Seigneur! Quand les chrétiens des années passées quittaient la table du Seigneur, les larmes aux yeux, c'était pour affronter un monde hostile. Pour plusieurs de nous le monde est devenu paisible, voilà peut-être la raison de la froideur et le manque de réalité envers cette ordonnance si précieuse aux yeux du Seigneur. Si l’enseignement des apôtres, envers plusieurs aspects de notre vie a de l'importance, certainement que  le commandement du Seigneur: « Faites ceci en mémoire de Moi »  doit nous émouvoir à la pratique habituelle de ce commandement. Si nous avons été touchés, on ne va pas trouver difficile de faire une réunion spécialement pour notre Seigneur Jésus. Et cela à chaque premier jour de la semaine.

 

C'était sans doute le jour le plus précieux pour les premiers chrétiens, un temps d'adoration intense alors que plusieurs frères, les cœurs attendris dans la présence de Dieu, conduisaient l'Assemblée en prière et louange.

 

Avant  le repas du Seigneur, on doit  s'éprouver soi-même, (1 Corinthiens chapitre 11 verset 28) L'exhortation de l'apôtre aux Corinthiens était de régler les péchés de leur l’église. (1 Corinthiens chapitre 5) Pour nous,  on confesse nos péchés à notre Père. Le jour de notre salut nous avons confessé notre état de péché à Dieu, qui a fait de nous ses enfants. Mais avant de participer à la table du Seigneur on doit être en bonne communion ou bonne relation avec notre Père.

 

38.  Que veut dire la communion fraternelle d’Actes chapitre 2 verset 42?

 

Les premiers chrétiens se rassemblaient pour exprimer et pour se réjouir des vérités qu’ils avaient en commun. Voilà ce qui fait la communion fraternelle, elle va plus loin que l'amitié exprimée lors d’une rencontre chrétienne. Elle est une expression envers mon frère (ma sœur) de mon accord avec lui sur la grande vérité du salut en Christ et aussi les vérités apostoliques et du Nouveau Testament. La croix est la base de tout amour fraternel mais l’enseignement apostolique est la base de la communion fraternelle.

 

Le terme communion fraternelle implique aussi la responsabilité du chrétien dans les opérations de l’église. Si on compare l’église locale à un bateau. (Comme le mot le dit en anglais) Le chrétien qui fait parti de l’Assemblée n'est pas seulement un passager, mais il fait parti de l’équipage. L’église locale est une compagnie de gens qui est impliquée dans la pratique des mêmes vérités. C'est une camaraderie ou une association, liée aux croyances du Nouveau Testament. Ce qui est plus que l'amitié, ou être un membre, c'est un engagement avec d’autres croyants de faire connaître l’Évangile et la vérité de Dieu. Quand je suis entré dans église locale je suis entré dans une association. Je suis maintenant un partenaire et non seulement un passager. J'ai une responsabilité, non seulement envers le Seigneur, mais envers les autres partenaires. 

 

Bien sûr, il va y avoir diversité de personnalité et diversité d'opinion. On remarque le mot « persévéraient » dans le verset 42. Qui était peut-être nécessaire à cause de personnalité et d’origine de ces juifs venus de diverses parties du monde, et qui parlaient au moins quatorze langues différentes. Aujourd’hui l’opinion et les convictions des autres croyants peuvent différer de mes convictions, mais je dois persévérer.

 

Ma considération des convictions des autres chrétiens est enseignée dans Romains chapitre 14. Il faut être sensible envers les convictions personnelles de mes frères et

sœurs. L'Épître aux Romains chapitre 14 verset 22 souligne que si mon opinion offense mon frère ou ma sœur je dois la garder pour moi seule devant Dieu.

 

39. À propos de 1 Corinthiens chapitre 11, la femme voilée, le voile est-il obligatoire ou est-ce un choix personnel?

 

Nous croyons que les enseignements de Paul étaient un commandement du Seigneur. Un trait important qui distingue une église de Dieu est la tête couverte de chaque femme, et la tête non-couverte de chaque homme qui fait parti de l'église. Le Saint-Esprit donne toujours des indications précises et un portrait distinct. 

 

Adam était la tête ou le chef de la première création, mais il a perdu sa place à cause du péché. La tête de la création de Dieu appartient maintenant à l'homme Jésus, qui est Sauveur, Seigneur et Christ. Il a prouvé Son autorité sur toute la création et l'église  proclame ce fait. L’homme doit honorer et se soumettre à Lui comme sa tête. L'église locale proclame Jésus comme Souverain Berger, Souverain Sacrificateur, le Fils éternel, le Seigneur exalté, et l'enseignement de 1 Corinthiens chapitre 11 est la grande vérité de Jésus proclamé comme la Tête de l'humanité, et de l’église.

 

Nous citons M. L. Wilson qui a écrit: “La femme montre sa place de soumission dans l'Assemblée par son silence et son voile. L'homme montre sa soumission à Christ en enlevant son chapeau et exprimant la pensée de Christ quand il parle. Comme l'homme exprime sa soumission, respect, et vénération en découvrant sa tête, la femme montre sa soumission en se volant la tête.”

 

Les anges apprennent la soumission par l'église. (1 Corinthiens chapitre 11 verset 10) comme notre Seigneur s’est soumis au Père volontairement, l'homme est soumis à Christ et la femme se soumet à l'homme. Satan, et beaucoup d'autres anges avec lui, ne voulaient pas se soumettre à Dieu, et furent jetés dehors. (Ésaïe chapitre 14 verset 12 et Luc chapitre 10 verset 18) Dieu enseigne les anges, par l'église, la soumission que tous doivent avoir à Son Fils. Dans un jour futur tous les anges, les démons et les hommes se soumettront au Fils. (Philippiens chapitre 2 verset 10) 

 

Les cheveux longs?

 

Si nous lisons 1 Corinthiens chapitre 11 attentivement nous comprenons que la femme doit couvrir sa tête. (versets 5 et 13) Que la femme est égale à l'homme. (verset 16) Que la nature enseigne que les longs cheveux conviennent à la femme, (verset 15) et que ses cheveux sont une gloire donnée par Dieu. Deux mots grecs différents pour couvrir sont utilisés dans ce chapitre, les cheveux, (verset 15)  est un mot différent que le verset 13. Ainsi il y a deux voiles, les longs cheveux, et un voile mis sur la tête.

 

Le voile mit sur la tête est la responsabilité de la femme, mais la longue chevelure est le voile donné pas Dieu. Pour cette raison la femme de l’église est convaincue qu’elle doit  laisser pousser ses cheveux. À noter que l’origine du mot grec veut dire prendre soin ou protéger. Cela veut dire que les cheveux de la sœur sont bien arrangés et bien entretenus. Le contraire est vu de la femme du monde qui va utiliser des produits qui brûle ou qui cause la perte des cheveux. Les sœurs qui maintiennent cette conviction, et qui veulent ainsi honorer le Seigneur sont certainement une  bénédiction dans les églises de Dieu de nos jours.

 

Monsieur G. G. Johnson, missionnaire au Venezuela a écrit: “Pendant plusieurs siècles de témoignage chrétien, la femme chrétienne a porté ses cheveux longs, et à couvert sa tête dans les réunions de l'église. Même les femmes non-converties reconnaissent cet enseignement; que pour un homme de porter ses cheveux longs, ou pour une femme de les couper, c’était une honte pour lui, ou pour elle. La perversité de ce monde moderne a permuté les femmes à abandonner leur place de soumission. En défi de Dieu et de Sa parole elles se sont détournées, annonçant leur rébellion en coupant leurs cheveux, et même en assistant aux services religieux la tête nue.”

 

Ce ministère des femmes est une leçon intérieure. Et peut être comparé au dedans du tabernacle Israélite. Il y avait une couverture de peaux de béliers et de peaux de dauphins (Exode chapitre 36 verset 19) qui cachait le travail des femmes. (Exode chapitre 35 verset 25) Qui allait voir leur travail et leur contribution au tabernacle? Regardant l'extérieur révèle seulement des peaux d'animaux. Le travail des femmes était vu du dedans et seulement après que le chandelier était placé à l'intérieur du tabernacle. Là, tout le travail prodigieux par l'aiguille des femmes, le bleu, le pourpre et écarlate fut contemplé par Dieu et par les prêtres. Donc quand les anges qui sont éclairés par la lumière de la Parole de Dieu viennent à l'intérieur de l'église, ils apprennent la leçon des femmes chrétiennes, comme aussi tous les saints, les démons et tous ceux qui sont éclairés par la Parole de Dieu.

 

40. Quelles importances ont les symboles dans l'Église, et  pourquoi  le Seigneur et les Apôtres ont-ils parlé en symbole et non par des commandements directs?

 

La première génération de chrétiens était, pour la plus part illettrée, les paraboles ou symboles étaient pour eux très nécessaire. L'esprit humain est toujours impressionné et enseigné pas une leçon imagée, qui est peut-être la raison  principale pour les nombreux symboles dans la Bible. Les symboles qui se trouvent dans les derniers chapitres de 1 Corinthiens sont  très importants pour notre compréhension du fonctionnement de l'Église local.

 

La Coupe est un symbole de notre communion au sang de Christ. ( 1 Corinthiens chapitre 10:15)

 

Le  Pain est un symbole de  notre communion au corps de Christ. Nous sommes un et unis avec tous les Chrétiens.

 

Le corps humain est un symbole de l'unité et du fonctionnement de l'église. (1 Corinthiens chapitre 12 verset 12)

 

Le développement du Corps (1 Corinthiens chapitre 13 verset 11) est un symbole de la croissance de l'église, surtout dans le premier siècle.

 

Le miroir est un symbole de l'église vu maintenant, en comparaisson avec le ciel. (1 Corinthiens chapitre 13 verset 12)

 

Les instruments de musique nous enseignent la distinction nécessaire dans l'enseignement lors des réunions de l'église.  Une parole non comprise, (dans une autre langue)  serait comme un son non compris de l’instrument de musique, il faut une note, et pas seulement un son, il faut des notes ensembles, il  faut la bonne mélodie pour communiquer le bon message. (1 Corinthiens chapitre  14  verset 7)

 

Le voile est un symbole de la soumission de la femme envers l'homme, pour démontrer aux anges, en symbole, la soumission de l'église à Christ.  (1 Corinthiens chapitre 11 verset 10 )

La femme est un symbole de l'église, l'homme est un symbole de Christ. (Éphésiens chapitre 5)

 


Haut de page