Quoi de neuf...La Bible L'article pour le mois de janvier 2019 (Rébellion ou esclavage?) est là ainsi que l'aticle en format PDF dans notre archive.


Article Courant


Rébellion ou esclavage?



La jeune Saoudienne Rahaf Mohammed al-Qunun, qui a fuit sa famille de l’Arabie Saoudite, a fait sortir des aspects peu connus de la religion Islamique.



Nous entendons parler du terrorisme associé avec cette religion, on veut bien croire que la plupart des Musulmans sont paisibles, mais il faut également croire qu’un grand nombre de jeunes personnes sont forcées à la soumission.



D’où vient ce concept de forcer des gens dans une voie religieuse? Et si les parents sont à demi convaincu ils ne veulent toutefois pas perdre face dans leur communauté, et ils forcent leurs enfants, non à cause de conviction religieuse, ou pour le bien de l’enfant, mais à cause de leur réputation et honte devant leur congrégation.



Aucune soumission forcée n’est de Dieu. Le créateur ne veut jamais enlever le choix de résonner ou de décider. N’est-ce pas qu’une telle religion ou enseignement est une forme d’esclavage, condamnée par Dieu et comparée au péché qui fait toujours des esclaves aujourd’hui? 



L’évangile de Jésus-Christ libère de l’esclavage, le don de la vie éternelle crée une dévotion volontaire envers Dieu et non une pratique forcée. La conversion chrétienne inspire une pratique de vie qui va honorer Dieu, et qui va être aussi pour le bien du prochain.



La conversion, ou la nouvelle naissance vient après mûre réflexion et compréhension volontaire. On doit comprendre comment être sauvé et aussi pourquoi le salut est nécessaire. Le message de Dieu est non seulement un message d’amour, mais    aussi de logique. Tous ont péché et sont bannis de la vie éternelle avec Dieu. Mais Jésus-Christ a donné sa vie pour expier nos péchés et nous a ouvert le moyen d’avoir la vie éternelle. Ce salut a été prêché aux arabes longtemps avant la religion Islamique, et l’histoire nous dit que plusieurs arabes ont reçu le Christ de l’évangile. À cause de la décrépitude ou de la dégradation des prédicateurs de l’époque, la population c’est désintéressée, et quand Mahomet a fait son apparition ils étaient près à se détourner de la «  religion chrétienne corrompue  » de l’époque.



Certes, l’histoire se répète et on voit encore de nos jours une religion «  chrétienne  » détériorée et plusieurs qui se détournent.



Mais est-ce que la religion Islamique est seule a propagé une religion forcée? Cette éducation existe-t-elle dans le domaine chrétien? Des parents concernés pour leurs enfants vont parfois exiger l’obéissance, il est souvent difficile et nous sympathisons avec toutes familles qui sont dans cette situation, surtout avec des enfants adolescents. La doctrine chrétienne n’enseigne jamais la dictature. Il faut aimer nos enfants, même rebelles, et jamais les repousser. Comme le Seigneur nous a révélé la vérité, le Saint-Esprit peut révéler son salut à l’enfant rebelle. De pousser, de toujours réprimander, d’abaisser, d’humilier, ou d’expulser nos enfants du foyer va augmenter la rébellion et davantage éloigner le jeune adulte. Il est bon que certaines règles soient établies, mais dans une ambiance d’amour et non de dureté. L’adolescent qui voit l’amour des parents, va réfléchir à l’amour de Dieu. La soumission devient alors volontaire, et non forcée. Les parents sages ne vont pas exiger une habillement extrême pour leurs filles, comme on voit dans la religion Islamique et aussi parmi certaines sectes chrétiennes. La  modestie et la chasteté enseignées dans les Saintes Écritures ne demandent pas l’extrême qui est vu dans ces sectes.



Si le lecteur est dans cette situation, notre conseil est toujours la présentation de l’évangile et du salut. La jeune fille a besoin de reconnaître son état de pécheur et a besoin de recevoir personnellement le Seigneur. Et notre conseil est non seulement pour les adolescents, les parents aussi, et toutes personnes ont besoin du salut, car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. (Épître aux Romains, chapitre 3, verset 23)



En résumé: La Nouvelle naissance fait des libérés, non des oppressés.




Haut de page