Témoignage

La Rue YONGE à Toronto (Jack Yocum)

Statistiquement : C’est la plus longue rue du Canada
Historiquement : C’est une des rues les plus anciennes
Commercialement : C’est une des rues les plus riches
Traditionnellement : C’est une des rues les plus mobiles
Moralement : C’est une des rues les plus abusées
Personnellement : C’est la rue la plus bénie au Canada, car sur cette rue, ma vie a été transformée.

Mon histoire commence le 3 juillet 1960 lorsque, un jeune homme agé de 23 ans, j’ai assisté à une réunion d’Évangile en plein air au coin de la rue Yonge et Dundas Square. Huit hommes et femmes ont eu le courage de parler ouvertement pour le Seigneur Jésus Christ et d’accepter les moqueries de la foule. Comme je regardais à l’écart, un plus grand nombre s’est approché et prenait plaisir à insulter les prédicateurs. Je n’avais jamais été religieux, et je me suis plutôt amusé de ce sport. Il devint de plus en plus difficile pour les hommes de prêcher alors le petit groupe de chrétiens chantèrent quelques cantiques.

Ce jour là, Dieu parla à mon âme, et cette question me vient à l’esprit : De quel côté es-tu ? Je connaissais bien la réponse. Pour la première fois, les réalités de la vie, les petits plaisirs qui finalement me laissaient vide, l’absence de vrais amis et les vrais valeurs de la vie se sont défilés devant moi, et je me suis examiné face à l’éternité. Certainement, j’étais sur le mauvais chemin, suivant la foule. Les exigences de Dieu, la croix du Seigneur Jésus-Christ et les standards de la vie chrétienne étaient loin d’être les priorités de ma vie.

Plus tard, vers 2h00 du matin, dans ma chambre j'étais incapable de dormir, je me suis mis à genoux en repentance. J’ai découvert que je ne savais même pas comment prier. Dieu a apporté un verset de la Bible à ma mémoire : « Père pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. » C’est une des paroles de Jésus sur la croix. (Évangile de Luc chapitre 23 : verset 24) Les mots « ils ne savent pas » brûlaient dans mon cœur. « Je ne savais pas » Je ne savais pas que Christ avait donné sa vie pour me sauver. Je ne savais pas que mes péchés l’avaient cloué sur la croix, et je ne savais même pas comment prier. À ce moment là, j’ai compris – c’était pour moi q’Il est mort, et là dans ma chambre, comme un pécheur perdu, j‘ai rencontré et reçu le Sauveur.

Maintenant je peux déclarer qu’Il m’a sauvé, et aussi qu’Il m’a donné une nouvelle vie, et de nouveaux VRAIS amis. « Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs. » (1 Timothée chapitre 1 verset 15)